44 – La Scanie

Du 1 au 7 juillet : 35833 => 36495 Km

Ce matin, on se réveille dans un calme absolu. La pluie aurait-elle cessé ? Malheureusement, quand on tire les rideaux, on voit un ciel bas et chargé de nuages foncés… Bon, bah ce n’est pas aujourd’hui qu’on va avoir une belle journée ensoleillée. Ce n’est pas grave, on est quand même motivés pour commencer notre aventure suédoise. On prend la route en fin de matinée vers le village d’Ystad. Après avoir installé César sur le parking du port, nous partons tous les deux couverts de notre écharpe et de la veste. Malgré la pluie et le vent frais, la visite est agréable. Entre ruelles pavées, petites maisons en bois multicolores qui tranchent avec le ciel gris, on n’est pas déçus de notre première visite. On se laisse porter par la beauté des lieux. Avant de repartir, on décide de faire quelques courses. Et là, c’est le choc ! Personne ne porte de masque. Après une année et demie de restrictions et de port de masques obligatoires dans les lieux publics, on a l’impression qu’ici, il n’y a jamais eu de pandémie. Ça nous fait bizarre mais au bout de quelques minutes, ça ne nous choque  plus. On achète notre salade et des tomates avant de rentrer. Lucky nous attend fièrement au poste de pilotage. Une petite sortie au toutou et on reprend la route vers les mégalithes d’Ale à quelques kilomètres d’Ystad. Après avoir garé César sur un immense parking, on part pour 10 minutes de marche. On arrive sur un immense champ d’herbes avec une multitude de menhirs posés en ellipse au bord d’une falaise. Autrefois, cette installation servait de calendrier en fonction de l’endroit où se levait et se couchait le soleil. Des menhirs au bord d’une falaise, un ciel gris, de l’herbe bien verte.. Il ne me manque plus qu’une Guinness et on se croirait en Irlande non ? On fait le tour des mégalithes avant de redescendre par le port. Il est joli mais on reprend rapidement la route vers un spot pour la nuit. Arrivés là-bas, l’endroit n’est pas très glamour mais on y sera au calme. On a profité d’être en pleine nature pour faire une belle balade à Lulu avant de rentrer dans notre maison roulante.

L’avantage qu’il fasse frais et qu’il pleuve depuis plusieurs jours, c’est qu’on apprécie la grosse couette pour la nuit. Après un café et un pipi à Lucky, nous prenons la direction du parc national de Stenshuvud. On enfile nos chaussures de marche, le harnais à lulu et on part tous les trois se balader sur une plage à la lisière d’une forêt. Il fait gris mais il ne pleut pas. C’est déjà ça non ? Cette marche est un super entrainement pour Lucky. Il apprend à avancer sagement en laisse auprès de son papa et sa maman (oui, on est gagas). On se promène sur la plage jusqu’au Knäbäckshusens kapell (je l’ai copié sur Google sinon je n’aurais jamais su l’écrire). Ce sont des petites chapelles typiques accrochées à la colline avec vue sur la mer. Le ciel devient de plus en plus sombre, il est temps pour nous de faire demi-tour. Plutôt que de revenir par la plage, nous décidons de prendre un petit sentier dans la forêt. Mauvaise idée ! Moi qui étais en short, je peux vous assurer que mes jambes ont salué toutes les orties. Aie, aie, aie, ça pique ! On arrive malgré tout à rentrer au camping-car. La première longue balade en Suède pour Lucky l’a épuisé. Ça tombe bien, on prend la route pour rejoindre un spot au bord de mer au nord de la troisième plus grande ville du pays : Malmö (se prononce Malmeuh). D’ici, on a vue sur l’Orensud, un pont qui relie le Danemark à la Suède. Souvenez-vous, nous avions emprunté ce pont en décembre 2019 et il nous avait coûté très cher d’ailleurs ! Je profite de ce spot pour faire le plein d’eau de César. Mais le débit est très, très, lent. Il m’a fallu 1h30 pour remplir 100L… Je n’en pouvais plus ! Le reste de l’après-midi a été consacré aux articles, à l’itinéraire et à la préparation de la visite de Malmö. Au coucher du soleil, des petits lapins sont sortis des buissons autour de nous. Ils couraient dans tous les sens ! J’adore les lapins mais avec Lucky, ça a été toute une histoire. Il voulait absolument leur courir après. Il est devenu complètement fou à la vue de tous ces petits pompons blancs. Je vous rassure, aucun lapinou n’a été blessé par notre monstre.

Ce matin, nous avons mis un réveil pour partir tôt à la découverte de Malmö. Nous allons faire la visite en vélo pendant que Lucky surveillera César. Ici, toutes les routes disposent d’une piste cyclable, même les chemins de campagne ! En seulement 30 minutes, nous arrivons dans le centre de Malmö. Nous commençons notre visite au pied d’une tour qui donne l’impression qu’elle tourne sur elle-même. C’est autant bizarre de le dire que de la voir. Nous continuons vers un ponton en bois qui s’appelle le Titanic Love Point. Perché au dessous de la mer, on confirme que ça nous rappelle le film. D’ici, on a une superbe vue sur le Danemark. Évidemment, on a pris des photos comme dans la scène entre Rose et Jack. Ce petit moment romantique passé, on enfourche à nouveau nos vélos pour rejoindre le château de Malmö. On y pose nos montures et on continue à pied. Le château est joli à l’’extérieur mais une fois les douves traversées, la cour ressemble à une vieille usine en brique rouge. Ce n’est franchement pas terrible. En revanche, le parc et les jardins sont superbes ! On a pris plaisir à promener à l’ombre des arbres, entre les potagers, au pied d’un moulin et au bord d’un petit lac. On en a même profité pour boire notre première bière en terrasse. Là, on est bien ! On rejoint ensuite le vieux centre pour profiter de l’ancienne architecture scandinave. La place Lilla Torg est vraiment l’emplacement le plus charmant de cette ville. On reprend nos habitudes et on fait le tour des boutiques à touristes pour poursuive nos collections. Il est l’heure d’une pause déjeuner, on s’arrête pour manger des Smör & Bröd. Traduit vulgairement ça veut dire : beurre et pain. Mais c’est bien plus que ça ! Au menu ce sera : une tartine œuf, mayonnaise, crevettes et citron, une tartine œuf, mayonnaise et hareng, une tartine poulet curry et pommes de terre et une tartine bœuf à l’orange. C’était super bon ! La photo vous donnera envie. Après cette bonne pause, nous rejoignons les vélos pour prendre le chemin du retour. On fait une halte devant une première église où on profite d’une boulangerie pour manger le dessert. Le ventre plein, on rejoint une deuxième église très jolie de l’extérieur comme de l’intérieur. On prend enfin la route pour retrouver notre Lucky qui doit être pressé de nous voir et de faire pipi surtout ! Cette première visite d’une grande ville nous a bien fatigué. Nous avons profité de la fin de journée pour faire des jeux de société et se balader avec Lulu au bord de l’eau. Ce soir, le soleil était au rendez-vous. A 22h, on a pu admirer un magnifique coucher de soleil sur l’Orensud.

Deuxième réveil sur notre spot à Malmö. C’est assez perturbant de se lever à 8h et de voir le soleil aussi haut dans le ciel. On prend la route pour visiter la deuxième plus grande ville universitaire du pays : Lund. Une fois César installé sur un parking proche du centre, on part balader avec Lucky. Il était trop heureux de pouvoir nous suivre dans les ruelles de la ville. L’architecture des bâtiments est magnifique. Entre vielles pierres et maisons en bois, le dépaysement est total. Pendant une bonne heure, on a pu voir un parc avec des serres tropicales, une superbe et immense cathédrale et bien sûr, les différents bâtiments historiques de l’université. Malgré son importance dans la vie étudiante du pays, la ville reste étonnamment petite et calme. Lucky a été très sage pour sa première sortie en ville. Il va bien dormir en rentrant. D’ailleurs, c’est l’heure de reprendre la route pour aller faire des courses au Coop. Malheureusement, il est fermé à cause d’un problème technique. Ce n’est pas grave, on roule jusqu’à la prochaine ville pour en trouver un autre. On en profite pour essayer le fast-food Max qui n’existe pas en France. On rejoint un second supermarché mais il est également fermé pour problème technique. Décidément, ça ne veut pas ! Bon, on change de franchise pour aller dans un Willy’s. C’est ouvert, alléluia ! Les courses faites, on reprend la route pour aller visiter un tumulus (une ancienne tombe viking). Mais arrivés sur place, ce n’est pas le monument qui nous marque le plus, mais la vue sur les plages, la mer et le Danemark. C’est reparti pour une balade avec Lucky sous un beau soleil. On longe sur un petit kilomètre les magnifiques côtes suédoises parsemées de milliers de fleurs de toutes les couleurs. On adore ! Après cette petite balade, on rejoint un spot en forêt dans le nord de la ville d’Helsingborg. Une fois César installé, on prend nos serviettes, une bouteille de rosé, une pastèque achetée tout à l’heure et on part avec lulu sur la plage. On a pu profiter d’une magnifique vue sur le Danemark qui est seulement séparé de la Suède par un petit bras de mer. On reste une bonne partie de la soirée à profiter de ce moment de détente jusqu’au coucher du soleil. Bon, il faut l’avouer, tout n’a pas été parfait. On a été envahis de mouches pendant le repas et Aimie s’est tapée un kilomètre aller-retour dans le sable caillouteux pour prendre une photo alors que son téléphone n’avait plus de batterie. Je ne vous raconte pas l’état d’énervement dans lequel elle était en revenant ! Malgré ces petits désagréments, on a passé une super soirée. 

Aujourd’hui, on se réveille sous un beau soleil. Ce matin, on a prévu de visiter Helsingborg. En rejoignant le parking, on a eu un aperçu du centre-ville. C’est joli, mais à côté de Malmö (visité il y a deux jours), ce n’est pas dingue. On arrive sur un parking situé au cœur d’une zone industrielle qui n’inspire pas confiance. Ça ne nous rassure pas du tout. On cherche un autre endroit pour poser notre maison mais il n’y pas de meilleures options. On décide de ne pas laisser César sans surveillance. Avant de reprendre la route, je pars à pied pour aller voir une brasserie à 5 minutes de là. Mais malheureusement, elle est fermée… Ce n’est pas grave, j’ai d’autres options pour acheter de la bière. On part vers le System Bolaget le plus proche. En Suède, l’alcool supérieur à 3,5% est vendu dans des magasins d’état. Oui, ici, ce sont des fonctionnaires qui gèrent l’ensemble de la vente d’alcool. On fait le plein de bières et on reprend la route pour notre prochaine étape : le Sofiero palace. D’après nos recherches, le parc de ce château devait être gratuit. Mais à notre arrivée, ce n’est plus le cas… 120 Sek (= 12€) l’entrée. On décide de passer notre chemin. Décidément aujourd’hui, ça ne veut pas. On part en direction du nord de la péninsule. Arrivés sur place, on  mange un sandwich, on prépare les sacs, on met le harnais à Lucky et c’est parti pour une randonnée. On commence par un petit chemin au milieu des sapins scandinaves. C’est superbe ! Lulu se régale. Mais après 30 minutes de randonnée, le chemin devient escarpé. Même pas peur, Lucky nous suit sans problème. Au bout de 20 minutes de descente, on arrive devant une entrée faite de planches en bois accrochées dans tous les sens. C’est à la fois beau, curieux et surprenant. Aimie passe les portes et commence à descendre par un petit chemin suspendu dans le vide. Le passage est tellement escarpé et glissant que ce n’est pas du tout adapté pour un chien. On la suit à côté par un sentier très périlleux également. Plus nous descendons sur la plage, plus on se rend compte de la grandeur de cette construction. En arrivant, nous avons rencontré une Suédoise qui nous a raconté que c’est l’œuvre d’un artiste qui a voulu construire une petite ville à la Robinson dans cette réserve naturelle. L’ensemble est tellement unique et spectaculaire que c’est devenu une curiosité virale auprès des habitants de tout le pays. En effet, cette construction est incroyable ! A tour de rôle, on s’est éclatés à déambuler dans les couloirs, les tours, les pontons et sur la plage pour apprécier au mieux cette œuvre. Il faut se l’avouer, quand on voit tous ces morceaux de bois empilés les uns aux autres, à plusieurs mètres du sol, c’est un peu angoissant. Ça donne l’impression que tout peut s’écrouler en quelques secondes. La pluie commence à tomber et à monter en intensité. On prend le chemin du retour protégés par la forêt. Nous récupérons César avant de continuer notre route jusqu’à la pointe de la péninsule. On laisse Lucky et César sur le parking et on part à la découverte d’un phare et d’une grotte. Après seulement 5 minutes de marche, la pluie reprend de plus belle et nous trempe de la tête au pied. Voyons le bon côté des choses, on a eu une douche gratuite. On s’abrite dans une petite cabane en attendant que la pluie diminue en intensité. Au bout de 10 minutes, nous continuons notre randonnée pour rejoindre la grotte. Les derniers mètres ont été compliqués. Nous avons dû descendre en rappel accrochés à une corde. C’était sport, mais ça valait le coup. Après quelques photos, on attaque la remontée. Bizarrement, ça a été plus simple que la descente. Nous sommes repartis vers Lucky et César en passant par différents points de vue sur la falaise. Mais il est vraiment temps de rentrer, la pluie repart encore de plus belle. A l’abri dans César, on trouve un super spot à une heure d’ici, au bord d’un lac. Sur la route, la pluie laisse place à un déluge. Les derniers kilomètres se font sur une route sinueuse, dans la forêt et avec peu de visibilité. Aimie est ravie ! Elle y voit très mal et les torrents d’eau boueux qui dévalent la route la crispe sur le volant. A ce moment-là, on n’a qu’une hâte, c’est de s’arrêter. Mais malheureusement, tous les spots sont pris. On ne peut pas faire demi-tour, on est obligés de continuer sur cette route. Miracle, on trouve une place de parking entre 2 camping-car Allemands. On ne va pas être exigeants. Je sors dans la tempête pour guider Aimie à faire son créneau. Ça, c’est du travail d’équipe ! En une minute, César était installé. On va pouvoir enfin souffler. 2h plus tard, la pluie se calme enfin. Je sors Lucky et là, c’est un paysage incroyable qui s’offre à moi. En effet, la forêt se reflète dans l’eau du lac avec une légère brume au fond. C’était incroyable et très photogénique ! Malgré les conditions météos, on ne regrette pas du tout le spot qu’on a choisi.

Ce matin, on se réveille sans aucun nuage mais avec un peu vent. On se prépare rapidement pour rejoindre une réserve naturelle d’élans dans la ville de Markaryd. Aujourd’hui, on va voir le plus grand cervidé du monde ! On arrive après une bonne heure de route dans les forêts scandinaves. Avant de partir à la découverte des bestioles, on promène dans un petit champ pour câliner des chèvres et des chevreaux. C’était le moment le plus mignon depuis le début de ce voyage. On troque César le camping-car pour Marie-Louise le petit train (désolé pas de rime, mais c’est son nom). Une garde de chasse nous distribue des branches pour nourrir les élans et c’est parti pour l’aventure ! Les portes de la réserve ressemblent énormément à celles de Jurassic Park. C’est maintenant qu’on fuit ? A peine les portes franchies, on rencontre notre premier animal. C’est une femelle de 2 ans couchée et qui nous regarde passer sur le côté de la piste. Quand on lui secoue nos branches, elle se lève pour venir grignoter et avoir quelques caresses. On a pu lui toucher le poil et je peux vous dire maintenant que ce n’est ni doux, ni agréable. C’est juste dingue de pouvoir le faire ! En effet, ils ont un revêtement très gras au-dessus de leurs poils drus. A l’état sauvage, jamais on n’aurait pu les voir d’aussi prêt et encore moins les caresser. En Suède, il existe une bonne dizaine de réserves de ce type qui permettent de protéger les élans et de les faire découvrir aux étrangers sans qu’ils aient besoin de les traquer à travers le pays. La balade se poursuit en forêt. On a pu encore croiser plusieurs femelles qui se promenaient. On fait un petit passage par un enclos qui abrite des gros bisons américains. C’est tout aussi impressionnant, mais moins local. En tout cas, je n’aimerais pas leur faire de câlins à eux. Le petit train nous ramène dans le premier espace pour profiter du roi des forêt de Suède. On a pu apercevoir plusieurs mâles avec des bois plus ou moins immenses et une femelle avec son petit d’à peine un mois. Pour un bébé, c’est déjà une sacrée bestiole. On continue notre tour en train dans cette immense forêt avant de ressortir du parc. C’était génial mais maintenant, on espère pouvoir en croiser à l’état sauvage pendant ce road trip en Suède. On reprend César en direction de la ville de Kalmar. Sur la route, on s’arrête sur une aire de service pour faire quelques lessives et le plein d’eau. Nous repartons mais il est déjà tard. Nous décidons de visiter la ville soit plus tard, soit jamais. On verra selon notre envie. Nous prenons la direction de l’île d’Oland. On y accède grâce à pont qui part de Kalmar. En chemin, la vue sur les petites îles qui jouxtent la ville est magnifique. En prime, il y a des groupes de grands oiseaux marins qui volent au-dessus de nous. On en prend plein les yeux ! C’est à 19h30 que nous arrivons sur notre spot, au pied d’un moulin et sous un beau soleil. On en profite pour prendre un apéro avec vue mer. La belle vie !

On s’est couchés la veille avec un beau ciel dégagé et on se lève ce matin avec la pluie. Ok il faut qu’il pleuve, mais on commence à un avoir marre quand même ! Mais bon, pour aujourd’hui, ce n’est pas grave. On ne bouge pas. Nous commençons la journée avec des pancakes et un bon coup de rangement et de ménage. 1 semaine sur les plages suédoises, le sable a peuplé notre moquette. Ça fait du bien à César ! Dans la matinée, je reçois un message de ma mère qui me dit que ma cousine éloignée vie sur cette île. Ça fait presque 20 ans que je ne l’ai pas vue. C’est le meilleur moment pour lui envoyer un message. En fin de matinée, nous sommes rejoints sur notre spot par Mélody et son chien Django. Chouette ! Un nouveau copain pour Lucky. C’est une voyageuse en van qui comme nous, parcours l’Europe. On aurait dû se rencontrer en Grèce mais le Covid en a décidé autrement. Après avoir suivi nos aventures réciproques sur Instagram, on est heureux de pouvoir enfin se rencontrer. On sort la table, les chaises et c’est parti pour un repas improvisé. En début d’après-midi, c’est ma cousine et son fils qui nous ont rejoint. On sort deux autres chaises et la toile (pour nous protéger de la pluie) et nous voilà tous les cinq à discuter de tout et de rien. On en a profité pour faire découvrir à son fils le camembert et la vraie mayonnaise de France. C’était un super moment de convivialité. Vers 20h, ils sont rentrés chez eux et on a profité du reste de la soirée pour jouer au 1000 bornes avec Mélody. On a pu profiter d’un superbe coucher de soleil pendant que les chiens s’amusaient comme des fous.

Itinéraire: https://loupsaventures.files.wordpress.com/2021/07/44.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s