43 – Départ pour le nord, Acte 3

Du 25 au 30 juin :  33905 => 35833 Km

ÇA Y EST ! Nous sommes enfin de retour sur les routes ! Quel bonheur ! Après un deuxième confinement, des couvres feux et des limitations kilométriques, on peut enfin retrouver notre liberté. Évidemment, il a fallu que nous passions par la case vaccin avec Pfizer pour pouvoir facilement circuler en Europe. Ce temps passé à travailler en attendant un retour à la normale nous a permis de renflouer les caisses et d’améliorer notre César. A savoir : un nouveau pare-brise, des amortisseurs arrières pneumatiques pilotés (ouais, c’est la classe à Dallas), des disques et des plaquettes de freins neufs, une révision moteur complète et divers nouveaux aménagements intérieurs. Vu tout le temps passé à attendre sur le parking, César le méritait bien ! On a également réorganisé l’intérieur car notre lulu bulgare a bien grandi et prend beaucoup plus de place maintenant. D’ailleurs, Lucky a eu quelques améliorations également. Je m’explique. Ce petit chenapan est un chien au top mais avec un sacré caractère de cochon. Pour nous aider dans son éducation (plus que compliquée), on lui a donné beaucoup de cours avec un éducateur canin et il a fait partie d’un groupe de promenades avec ses congénères. Voyager à travers le monde avec un chien est certes une expérience incroyable mais il faut d’autant plus qu’il ait un comportement exemplaire. On ne peut pas se permettre qu’il fugue ou qu’il ai de mauvais agissements en société. Bref, son éducation nous a pris beaucoup de temps et d’énergie. Mais même si tout n’est pas parfait, il est fin prêt lui aussi à reprendre l’aventure. Quant à nous, Aimie a travaillé plusieurs mois dans un centre de test PCR avant d’être rappelée contre son grès en réanimation à l’hôpital. Ça été très compliqué pour elle… Quant à moi, j’ai travaillé comme chargé de méthode dans une entreprise d’ingénierie nucléaire. Contrairement à ma belle, je me suis éclaté dans ce boulot. Voilà le petit résumé de ces derniers mois d’attente interminable ! Les placards sont pleins, le frigo aussi et le stock de croquettes est fait. On met les clés dans le contact et c’est enfin reparti pour Loups Adventures chapitres 3 !

Vendredi 25 juin, dernier réveil à Saint Raphaël. On se sent fatigué de s’être levé tôt mais l’excitation du voyage nous motive. J’en mène les dernières affaires dans césar pendant qu’Aimie fait mille fois le tour pour ne rien oublier. C’est Vendredi 25 juin, c’est le dernier réveil à Saint-Raphaël. On est surexcités comme des puces ce matin ! J’emmène les dernières affaires dans César pendant qu’Aimie fait mille fois le tour pour ne rien oublier. C’est bon ? On a tout ? Ah mince, on allait oublier le chien ! Nooon, je rigole quand même ! Un dernier câlin plein d’émotion avec maman Catherine, une dernière caresse à Betty et à Joy et nous revoilà à bord de l’intrépide César. Prochaine escale à Puget-sur-Argens pour faire le plein d’eau et un dernier bisou à mon frère Romain. Heureusement qu’il était là ! Il a remarqué que notre vignette d’assurance était périmée depuis avril. Oups ! Pas de panique, l’étape d’après est au CIC les Arcs pour aller voir ma maman qui y travaille. Ni une, ni deux, elle nous réimprime une vignette à jour. Merci maman ! Un dernier gros câlin à ma mamounette et on continue notre route des au revoirs. Direction Taradeau pour faire un bisou à mon papa et une caresse à Cannelle. C’est une petite chienne podenco d’Andalousie adoptée il y a quelques mois qui remplit d’amour mon père. C’est aussi la nouvelle copine de Lucky ! Ils ont pu s’amuser comme des fous avant de se dire au revoir. On prend un café pour se donner un coup de boost et on reprend la route vers Barjols. On y retrouve Corentin (coco pour les intimes), Séverine et mon filleul Nathan. Vous vous souvenez ? Le petit beau gosse arrivé alors que nous étions en Roumanie ! C’est toujours un plaisir de passer des moments avec eux. Une dernière chatouille à Nathan et c’est reparti. Ah non ! Aimie à oublié son sac à main dans la voiture de coco. On recommence et cette fois-ci c’est la bonne. En route pour notre dernière étape à Marignane. (Je sais que certains répondront 1515) Il fait très chaud et Lucky en a déjà marre d’être dans César. Le pauvre, si il savait le nombre d’heures qui l’attend dans ce bolide des routes ! Nous arrivons à 18h et nous sommes impatiemment attendus par le papa, la belle mère et le petit frère d’Aimie. Et quoi de mieux qu’un bon barbecue en famille pour terminer cette journée en beauté ? Nous avons passé notre première nuit du voyage à Marignane.

La première nuit dans César a été compliquée. Entre un chien qui a aboyé pendant 2h, des voitures qui sont passées et un réveil tôt, on espère que le café va nous donner de supers pouvoirs. Après avoir pris notre potion magique, on a le droit à.… un test PCR ! C’est un passage obligatoire pour traverser une frontière maintenant. Merci à Chris de nous les avoir faits à la maison et amenés au laboratoire. Ça nous a fait gagner un temps de dingue ! On reprend un deuxième, puis un troisième café pour nous motiver. Un dernier bisou à la famille et c’est reparti ! On rentre Rostock en Allemagne dans le GPS qui nous indique 1666km en 18h. Ça va être un loooong trajet. Il est 9h30 quand nous quittons Marignane. Il fait beau et chaud sur la route, ça nous rappelle notre périple dans le sud de l’Europe. Par contre, Lucky a du mal à reprendre ses marques. Il n’arrive pas à trouver une place agréable pour dormir pendant que nous conduisons. Après 3h sous un soleil de plomb, nous arrivons à Sisteron. C’est un passage obligé sur la route du nord car c’est ici que notre cher Aimie a vécu une partie de son enfance. On y fait une petite pause pour que Lucky puisse se dégourdir les pattes et pour remplir notre ventre avec un bon MacDo. Après le café, on reprend la route. Pour un week-end de départs en vacances, c’est plutôt calme. Après 4h sur les départementales françaises, on décide de s’arrêter pour la nuit. On  trouve un spot non loin de la ville de Joudes, un petit village qui nous avait déjà hébergé lors de notre retour de Laponie en 2020. On arrive sur un parking en forêt qui offre une superbe vue sur la vallée. On installe César, on libère Lucky qui avait hâte d’aller se promener et on sort le rosé pour profiter d’un magnifique coucher de soleil. Que ça du bien de pouvoir retrouver notre vie d’avant !

Cette seconde nuit a été bien meilleure que la première. Pas un bruit pour perturber notre sommeil. Même Lucky à bien dormi ! La météo est passée de grand soleil à nuageux. On boit notre café, un dernier pipi à notre toutou et on repart vers le grand nord. Malgré quelques gouttes de pluie, la route est agréable. Vu qu’on est dimanche, il n’y a pas un seul camion. Après 3h de route, on passe notre première frontière. On avait préparé nos papiers avec le test PCR négatif mais on a eu aucun contrôle à notre arrivée en Allemagne. On roule encore 10 minutes avant de nous arrêter sur un spot au bord du Rhin pour manger et promener lulu. On recharge les batteries avec un café et c’est reparti. Aimie a horreur de conduire sur les autobahn (= autoroutes allemande). Même si elle jure à tout va, elle conduit très bien. On avance rapidement. Il est 19h30 quand on s’arrête au beau milieu d’une forêt dans le nord de Francfort. Lucky a pu profiter des grands espaces pour courir. Avant d’aller nous coucher, on a pu voir des lucioles s’illuminer autour de nous. Après cette journée chargée, on va bien dormir cette nuit.

Réveil au calme après une nuit reposante. On avale notre café, on fait un dernier pipi à Lucky, le plein de César et on reprend la route sous un beau soleil. Nous nous rapprochons du nord de l’Allemagne et mine de rien il fait chaud. On se fait une pause repas et ballade à 2h de rostock, Lucky peut se dégourdir les pattes. Après 3 jours de route on commence à en avoir marre, mais bon il nous reste pas beaucoup de route. Le GPS nous indique une arrivée à Rostock à 17h et le bateau est à 22h30, on est large. Sur l’authoban, Aimie se rappelle qu’il nous fallait un test de moins de 48h pour entrer en Suède. Et en cherchant un peu sur le site de l’ambassade, je lie qu’il faut 48h entre le test et l’arrivée dans le pays. Je commence alors des recherches de test sur Rostock. Un labo propose l’antigène à 30 euros, une pharmacie à 10 euros, mais les horaires ne sont pas clairs. On décide de rapidement se rapprocher de la pharmacie qui est dans un centre commercial. Le pharmacien me dit que son test n’est pas valable pour la traversée mais que sur le pLa nuit a été calme et reposante. On avale notre café, on fait le plein de César et on reprend la route sous un beau soleil. Nous nous rapprochons du nord de l’Allemagne et mine de rien, il fait bien chaud. On fait une pause repas sur une aire de repos à 2h de Rostock. Après 3 jours de route, on commence à en avoir marre. Mais bon, encore un petit effort, on est presque arrivés. Le GPS nous indique une arrivée à 17h et le bateau est à 22h30. On est large ! Sur l’autoroute, Aimie a un doute. Elle veut que je vérifie que la Suède accepte bien les tests PCR de moins de 72h. Je regarde alors sur le site de l’ambassade et je lis qu’il faut maximum 48h entre le test et l’arrivée dans le pays. Mince, notre test en France ne sera plus valable. Je commence alors à chercher des centres de test à Rostock. Je trouve un laboratoire qui propose l’antigène à 30 euros et une pharmacie à 10 euros. Mais les horaires ne sont pas clairs. On décide d’aller sans attendre à cette dernière dans un centre commercial. Le pharmacien me dit que son test n’est pas valable pour la traversée mais que sur le parking, il y a une petite tente où on peut en faire. Arrivés là-bas, le monsieur me dit que c’est gratuit et qu’en 15 minutes se sera prêt. Parfait ! Je pars en courant chercher Aimie qui m’attendait dans César. Il est 17h45 quand nous avons le droit à notre coton tige. On profite de l’attente pour faire le plein de produits allemands et nous retournons chercher les résultats à la fermeture. Ils sont négatifs, ouf ! On rejoint alors un spot au bord de l’eau pour patienter au calme avant la traversée. On n’a pas le droit de laisser les animaux dans les véhicules mais on se dit que Lucky sera plus au calme dans César que sur les ponts extérieurs ou en chenil. A 21h, nous prenons la direction du port. L’enregistrement se fait automatiquement. Les billets en mains, nous allons nous installer sur notre file. Avec le premier voyage, on a pris l’habitude de prendre des ferries. Cependant, à 22h30, heure du départ, pratiquement personne n’est rentré dans le bateau. Ce n’est pas grave, on n’est pas pressés. En attendant, on supporte l’équipe de France en suivant le match sur mon téléphone. A 23h30, nous embarquons enfin dans les cales du même bateau qui nous a ramené de Laponie en janvier 2020. Coïncidence ? Je ne sais pas. Je demande à un matelot si nous pouvons laisser Lucky dans César. Il accepte et me dit d’ouvrir une fenêtre pour qu’il ait de l’air. On installe notre bébé, nous prenons nos affaires et nous grimpons sur les ponts supérieurs. Le bateau part avec beaucoup de retard mais le match n’est toujours pas terminé. Avec les télés dans le réfectoire du bateau, on a suivi la fin du match jusqu’à l’élimination de la France. Bon, bah on va pouvoir ranger maillot et drapeau… On se prend un coup à boire pour trinquer à notre départ avant d’essayer de dormir un petit peu sur les banquettes de la salle. On espère que notre bébé n’a pas trop peur dans les cales du bateau.

Il est 4h du matin quand on se réveille sur notre banquette. Je me lève et regarde par la fenêtre pour voir si je peux apercevoir quelque chose. Il fait déjà clair et j’aperçois les côtes suédoise. Je prends mon téléphone et sort sur les Il est 4h du matin quand on se réveille sur notre banquette. Il faut se l’avouer, ce n’est pas ce qu’il y a de plus confortable. Mais bon, on a pu se reposer un peu. Je me lève et je vois qu’il fait déjà clair dehors. On peut même apercevoir les côtes suédoises. Je prends mon téléphone et je sors à l’extérieur pour profiter des premières lueurs du jour. Pour notre arrivée, on est accueillis par un superbe lever de soleil. Et rappelons qu’il n’est que 4h du matin ! C’est la magie des pays scandinaves. Je prends quelques photos avant de rejoindre Aimie. On rassemble nos affaires avant de descendre au premier pont pour retrouver César et surtout Lucky qui trépignait d’impatience de nous retrouver. Il nous a fait une fête mémorable ! On s’installe au volant de César et on attend que les portes s’ouvrent. Nous descendons du bateau et nous serpentons sur le port de Trelleborg à la recherche de la sortie. Je reconnais certains endroits, ça me rappelle de bons souvenirs. Nous arrivons à la douane et un gendarme nous arrête pour nous demander où nous allons. Je lui dis qu’on va à Trelleborg pour dormir. Lucky le regarde et abois. Mais tais-toi ! Du coup, il nous demande si il a un passeport. Je lui présente. J’avais tout préparé : passeport, tests PCR, tests antigéniques, vaccins, tout ! Il le regarde et nous dit que nous pouvons y aller. On a eu aucun contrôle covid… Bref, l’important c’est qu’on soit  en Suède. On part vers un spot qu’on connaît car on y avait déjà dormi lors de notre premier voyage. On s’installe, on tire les rideaux et hop au lit. Oui, oui, on va se coucher à 6h du matin. On en avait bien besoin puisqu’on s’est réveillés à midi. On prend notre premier café en Suède, un petit tour pour Lucky dans le parc à côté et on prend la route vers un spot plus sympa. On roule le long de la mer jusqu’à un petit parking avec une belle place sous les arbres pour César. On sort les chaises et on part s’installer sur la plage. Lucky adore. Il court partout après les oiseaux. On le laisse vadrouiller en totale liberté parce qu’à part quelques chiens et leurs maitres, on est tout seuls. Cette première après-midi était top ! Le soleil descend doucement à l’horizon. C’est l’heure de sortir l’apéro et la viande pour un barbecue improvisé. On est comme à la maison. On rassemble des grosses pierres, du petit bois et on fait griller les saucisses à la flamme avec vue sur la mer. Le paradis non ? Ça nous avait tellement manqué cette vie au milieu de la nature. C’est sur ce parking en bord de mer que nous avons passé notre première « vraie » nuit en Suède.

A notre réveil, le ciel a viré au gris foncé. La météo ne nous incite pas à partir à la découverte de la région. On décide de rester au chaud dans César et d’en profiter pour travailler sur les articles (en retard), les posts Instagram (en retard aussi) et l’itinéraire. On a bien fait ! Une grosse pluie s’est invitée en début d’après-midi. Il faudra attendre 17h pour que l’averse s’arrête. On a pu amener Lucky à la plage mais il y avait beaucoup de vent. On rentre avec un chien tout décoiffé ! Espérons que les prochains jours seront plus cléments. En début de soirée, deux vans allemands sont venus sur notre spot pour la nuit. Ce soir, nous aurons des voisins !

Itinéraire : https://loupsaventures.files.wordpress.com/2021/07/43.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s