31 – From Hungary to Romania

Du 20 au 26 août : 25508 => 26668 Km

Ce matin, le réveil a été incroyable ! Avec ce lac limpide et ce beau ciel bleu, c’est un de nos plus beaux débuts de journée. C’est incontestable, on adore cet endroit ! Aimie y resterai bien quelques jours de plus… Mais l’envie de reprendre la route est plus importante ! On part en direction de la ville de Székesfehérvár (essayez de le dire d’une traite) pour visiter son château. Bizarrement, ce n’est ni sur un promontoire rocheux, ni dans une plaine qu’on le trouve, mais dans un quartier résidentiel. C’est tout simplement parce que ce lieu, nommé château de Bory, n’en est pas un. Il en a l’allure mais a des proportions d’un manoir ou d’une très grande demeure. Il ne date d’ailleurs que du début du XXème siècle. Nous étions motivés pour le visiter de l’intérieur mais vu que c’est jour de fête nationale, toute la Hongrie a décidé de venir avec nous… Comme ce n’est pas bien grand et que nous avons aucune envie de jouer des coudes pour une photo, nous décidons de garder nos sous et de l’admirer seulement de l’extérieur. On s’assoit à l’ombre d’un arbre pour profiter de sa façade et de son jardin avant de partir. On mange un morceau dans César, on fait le plein et on part pour le lac Balaton (plus grand lac d’Europe centrale). Après 1h30 de route sous 34°C, nous arrivons dans le village de Balatonbereny. Les parkings et les bords de route sont bondés de voitures. Grâce à Google Map, nous trouvons un emplacement avec un peu d’ombre et à 5 minutes à pied du lac. Royal ! On met nos maillots de bain et en avant pour la baignade. On installe nos serviettes et on saute dans l’eau. Mais… ce n’est ni du sable, ni des cailloux, mais de la vase. Je ne vous raconte pas la tête d’Aimie en bonne sudiste française ! Au bout de 10 minutes de marche, l’eau nous arrive à peine aux genoux. On aurait dit une plage landaise, le sable en moins. On se rafraîchit et on profite un peu des lieux avant de retrouver César. A 19h, on décide de quitter le parking parce qu’il est à côté d’une voie ferrée donc pas le top pour une nuit au calme. On part pour la ville de Keszthely vers un autre spot au bord du lac. On s’installe sur ce parking, à l’ombre et avec une « plage » à côté. On décide d’aller se faire un dernier bain pour bien finir cette journée. Et là, le bonheur ! Une plage de sable fin, sans vase. Les petons de Mimie sont aux anges ! On se fait un dernier plouf au coucher du soleil, en amoureux, avant de nous mettre au chaud dans César.

À 7h, réveil matinal par un Hongrois qui est venu se garer juste en dessous de la chambre, grrrr ! Le parking est grand et vide, il nous a mis d’excellente humeur de bon matin… On se lève tranquillement et nous profitons de la fraîcheur dans César pour travailler sur l’itinéraire en Roumanie. Après le repas du midi, on saute dans nos maillots pour aller se baigner et se dorer la pilule au soleil. Par 34°C, faire un plouf est tout simplement merveilleux ! Nous restons jusqu’au coucher du soleil pour profiter un maximum de la baignade. Après avoir fait l’itinéraire en Roumanie, on sait que la prochaine n’est pas pour demain. On profite également des douches extérieures pour se laver. Malheureusement, on ne peut pas abuser de l’eau à volonté parce qu’elle est tellement froide qu’on ne s’éternise pas. Nous rentrons ensuite dans César pour une seconde nuit sur les bords du lac Balaton.

Cette nuit a été meilleure que la première sur ce spot. On reprend la route en serpentant entre les eaux turquoises et les champs de vignes jusqu’à la péninsule du lac Balaton. Nous arrivons dans la petite ville de Tihany sous un soleil de plomb. Après avoir fait 2 parkings interdits aux camping-cars, on trouve un coin d’herbe avec des congénères allemands, polonais et anglais. César pourra faire la cosette. Puis, on part à la découverte du village. On pensait que ce ne serait pas touristique et bien, on peut dire qu’on s’est trompés ! Il y avait beaucoup de monde. Cela ne nous a pas empêché de profiter des beautés que nous offre cette ville. Entre vieilles maisons traditionnelles, magnifiques églises et points de vue exceptionnels sur les eaux turquoises du lac, on se régale. C’est un endroit magnifique ! On profite de la vue et nous continuons notre balade au cœur du vieux centre. Il est 13h et les bidons grognent. Au détour d’une ruelle, on se trouve un petit restaurant bien décoré et avec une excellente ambiance estivale. Au menu : travers de porc et pâte à la hongroise pour Aimie et côte de porc sauce paprika et ses galettes de pommes de terres pour moi. Tout cela accompagnés d’une bière à la lavande… Oui, à la lavande ! C’était spécial mais je me suis régalé. Le plus drôle, c’est qu’elles nous ont été servies dans des chopes en terre cuite à l’ancienne. Pendant le repas, nous avons eu droit à de la musique gitane jouée par un groupe fort sympathique. La pense pleine, nous terminons notre balade dans le village en achetant quelques souvenirs dans les boutiques à touristes. Sous un soleil de plomb, nous retrouvons César et ses 37°C… Pour éviter la cuisson instantanée, nous avons été obligés d’attendre et de tout ouvrir. Nous avons ensuite repris la route pour terminer le tour du Lac Balaton. On s’arrête sur une aire d’autoroute, pour faire les services de César, avant de continuer vers notre prochaine destination. Après 2h de route dans la campagne hongroise, nous arrivons dans la ville de Pécs. Nous essayons un premier spot près d’un monument et d’un point de vue magnifique. On en profite pour faire quelques photos du panorama sur la ville et sur toute la vallée jusqu’à la frontière serbe. Mais après réflexion, on décide de changer d’endroit parce que le parking n’est pas à plat et au bord de la route. Nous décidons de continuer un peu plus loin pour un spot en forêt plus calme et de niveau.

Le vent et le passage de quelques voitures auront bien perturbé notre nuit de sommeil. On se lève difficilement mais après un bon café, on se motive pour la visite du centre de Pécs. Au programme : une synagogue, une mosquée et une cathédrale. On commence par la synagogue où nous avons été accueillis par une petite mamie qui ne parlait pas du tout Anglais. Elle prend un petit papier avec un texte traduit et nous récite ce qu’il y a voir dans la synagogue, avec un accent très… hongrois. Elle nous a bien fait rire ! Nous continuons ensuite dans une rue piétonne pour arriver sur la place Széchenyi tér. Les vieilles maisons bourgeoises qui l’entourent sont magnifiques ! On poursuit notre chemin jusqu’à la mosquée. Elle est ouverte, on en profite pour jeter un coup d’œil. A notre grande surprise, on voit toute une partie de la ville célébrer la messe derrière le prêtre et le christ. On sait que les coutumes sont différentes entre chaque pays, mais quand même ! C’est seulement plus tard, qu’on a appris que les chrétiens avaient récupéré la mosquée au XVIIème siècle. Nous continuons par une petite ruelle où nous avons pu voir une grille remplie de milliers de cadenas. À défaut d’avoir un pont sur un fleuve, ils les ont accrochés là. Nous flânons ensuite jusqu’à la Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul. Après la mosquée reconvertie en église, on ne sait plus à quoi s’attendre. Mais, c’est une grosse claque que nous prenons quand nous entrons. La décoration est magnifique ! De la dorure partout, des motifs du sol au plafond. Une merveille ! On ressort et on part se promener sur les anciens remparts de la ville, avant de prendre le chemin du retour. On se fait un casse-croûte et un bon café car après 2 mois sur le siège passager, je reprends le volant ! Et c’est parti pour 2h de route, dans les plaines hongroises, en directions d’un spot perdu dans la campagne. C’est dans une forêt, au milieu des pins, que nous installons César pour la nuit. Pendant environ une demi-heure, nous nous sommes amusés comme des enfants dans le parc à côté. On a profité du calme des lieux pour se faire un apéritif dehors. C’est après cette bonne journée que nous nous endormons dans César.

Malgré une nuit très calme et sans un bruit, le réveil a été difficile. À 8h30, j’ai coupé le réveil pour dormir jusqu’à 9h30. On devient flemmards ! Nous quittons notre spot pour rejoindre la ville de Szeged, à 45 minutes de route. On trouve une petite place sur un parking proche du centre et on félicite Aimie qui a magnifiquement géré ce créneau. On mange un morceau et on part à la découverte de la ville. Nous débutons par l’église votive et une fois encore, elle était incroyable ! Un tel niveau de finition, c’est tout simplement magnifique. On ne sait plus où donner de la tête tellement c’est beau. Puis, on remonte jusqu’à la synagogue. Et pour la première fois, nous décidons de la visiter. C’est superbe et en bonus, nous avons pu assister à un concert d’orgue. C’est une bonne première pour nous. On redescend ensuite jusqu’à un parc pour se poser sur un banc, à l’ombre des arbres. On profite une dernière fois de l’ambiance hongroise avant de retrouver César. On règle le GPS pour la… Roumanie ! Après 40 minutes de route, on arrive au poste frontière. L’autoroute pour y accéder était presque vide. On n’a jamais vu ça avant le passage d’une frontière. Mais, un simple contrôle des passeports à suffit pour rentrer dans le pays. Ouf ! Et une réussite de plus ! On a fait une halte pour que je puisse acheter la vignette autoroutière pendant qu’Aimie se battait avec un papy qui voulait laver le pare-brise de César. Une fois en règle pour rouler dans le pays, nous reprenons la route pour un spot en pleine forêt, non loin de la ville d’Arad.

La première nuit en Roumanie n’a pas été reposante. Il y a eu beaucoup de va et vient sur le parking pendant la nuit. Dur, dur de se lever mais ça fait partie de l’aventure. On ne va pas faire une grasse matinée tous les jours ! Et pour couronner le tout, il pleut. Bon, y a mieux comme entrée en matière. On fait le plein de César, enfin on, le monsieur de la station-service ! Ici, on vous sert messieurs, dames ! Puis, nous partons pour notre première étape à Timișoara. A notre arrivée dans la ville, on se rend compte que le niveau de vie est beaucoup plus bas que dans les pays précédents. On installe César sur un parking à sa hauteur (et surtout à sa longueur) avant de partir à la découverte de la ville. Mais, au moment de se chausser, on reçoit un petit message de nos amis Coco et Séverine. Le petit Nathan a pointé le bout de son nez ! Un rayon de soleil au milieu de cette grisaille. On part à la découverte de la troisième plus grande ville du pays le sourire aux lèvres. On commence par la cathédrale orthodoxe qui en impose beaucoup par sa taille et sa toiture joliment décorées. A l’’intérieur, la vision est tout autre. Chaque centimètre carré est peint. On ne sait plus où poser les yeux tellement c’est beau. Nous remontons ensuite jusqu’à la place Victorei où malheureusement, quasiment tous les bâtiments sont en rénovation. C’est vraiment dommage, sur les photos ça avait l’air magnifique. Il est l’heure de manger, on s’arrête pour notre traditionnel Mac do du pays. Avec le covid, on peut ni manger, ni boire, à l’intérieur d’un établissement en Roumanie. Heureusement qu’on est en été ! On continue la ballade dans le centre au milieu des vieilles maisons. Le soleil nous fait l’honneur d’éclairer la ville pour mieux en profiter. Après 2h de visite, nous reprenons la route pour notre prochaine étape : le château de Corvin. Nous traversons différents villages avec des bâtiments et des usines en très mauvais état. Dans certains immeubles, on se demande comment des gens peuvent vivre décemment dedans… C’est à peine croyable ! C’est vraiment la première fois qu’on voit une aussi grosse différence avec la France. On a également croisé des charrettes (non touristique) sur la route, des chiens errants, des vendeurs de fruits et légumes à chaque virage mais également, des paysages magnifiques et des maisons typiques très jolies. Nous installons César dans une impasse vide et attendons que les nuages passent pour partir visiter le château. Quelques rayons de soleil percent dans le ciel. On enfile nos baskets et nous partons à sa découverte. Entre mur de protection et tours ornées de moulures, ce chateau mêle magnifiquement bien les styles. Nous profitons des lieux jusqu’au coucher du soleil pour faire de belles photos avant de retrouver César pour la nuit.

Même si notre spot de cette nuit n’était pas très glamour, nous avons bien dormi. C’est le principal ! On reprend la route pour le tout petit village thermal de Geoagiu-Bai. Non, nous n’allons pas nous refaire une journée dans des bains. Nous y allons pour voir les ruines d’un ancien therme romain dans une grotte naturelle et avec une grande partie des vestiges encore intacts. Ces lieux nous plongent dans une autre époque. Le village est toujours réputé pour son eau thermale. On a pu boire de l’eau à la fontaine et voir une cascade naturelle. L’eau a formé une immense colonne de dépôts de minéraux au fur et à mesure des années. C’était superbe ! Sous un soleil chaud, nous prenons la direction d’Alba lulia au pied des Carpates. C’est la capitale de la région de la Transylvanie. Nous partons à sa découverte à partir des remparts de l’ancienne forteresse. De là, nous avons une vue magnifique sur les montagnes. Tous les bâtiments de cette cité fortifiée ont été restaurés. Ça lui donne une ambiance hors du temps. On en a profité pour visiter son église et son magnifique monastère. Dans ce dernier, on a découvert un agréable jardin fleuri et un intérieur recouvert de motifs et de dorures. Pendant notre visite, on a pu constater que ce pays est encore très croyant avec des pratiques oubliées chez nous. Cet endroit restera un moment inoubliable. On a ensuite déambulé entre les ruelles pavées, avant de retourner vers César. Sous un soleil de plomb, nous reprenons la route vers les gorges de Cheile Turzii. On s’installe dans un petit écrin de verdure et on part faire une randonnée de 3h à la fraicheur de la fin de journée. Le début de la balade est un peu sportif avec des rochers glissants et des passages étroits. Ça nous fait transpirer mais ça vaut le coup. Le long du cours d’eau et aux pieds des falaises, chaque point de vue est superbe. On s’est régalé à l’aller comme au retour. Nous rentrons à la tombée de la nuit après cette journée bien remplie. C’est dans ce magnifique spot que nous avons passé la nuit.

Itinéraire : https://loupsaventures.files.wordpress.com/2020/09/31.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s