28 – Slovakia

Du 30 juillet au 5 août : 24036 => 24838 Km

Le lendemain de l’anniversaire de ma Mimie, pas de réveil. On se lève paisiblement avec une superbe vue sur le lac. L’ avantage du camping, c’est qu’on peut déjeuner dehors, sans déranger personne. C’est très agréable ! On profite toute la matinée de ce paysage avant de reprendre nos aventures. Mais, on a un problème de timing… Notre prochaine étape, c’est Bratislava, la capitale slovaque. Le problème, c’est que la route est longue et on n’arriverait pas avant la fin d’après-midi. Bon, ce n’est pas qu’il y a énormément de choses à voir mais, les parkings sont mal réputés et faire une visite en soirée serait dangereux pour la sécurité de César. On décide alors qu’il serait plus prudent de reporter notre visite de la capitale à vendredi. Il est l’heure de quitter le camping pour retourner sur l’aire de service qui nous a déjà hébergés à plusieurs reprises. On met César sur cale, on sort le store, la table, les chaises et on s’installe pour une bonne journée au calme. Au programme, correction de l’article numéro 27 et travail sur l’itinéraire pour les prochains pays. Avec ces grosses chaleurs, ça nous fait du bien de lever le pied sur les visites. Pour la quatrième fois, nous avons passés une nuit au calme, sur notre aire de service préférée.

Vendredi 31 juillet, c’est enfin la reprise de nos aventures ! On fait les services de César et c’est parti pour 3h de route dans la campagne tchèque. Notre vignette d’accès à l’autoroute se terminait hier, c’était un bon prétexte pour profiter une dernière fois de la beauté rurale de ce pays. Avant de passer la frontière, on a fait une dernière fois le plein pour économiser quelques euros. Voyons si vous avez bien suivi, combien de pays avons-nous traversés ? On verra les plus assidus d’entre vous ! On s’arrête acheter la vignette électronique pour les autoroutes slovaque et on continue la route jusqu’à la capitale. Une fois arrivés sur le parking, on ferme bien toutes les portes de notre César et on prend un maximum de dispositions pour que personne ne vienne lui rendre visite pendant notre absence. Nous avons même laissé la télévision allumée pour simuler une présence. Malgré une petite appréhension, nous partons en direction du château de Bratislava. Sur son éperon rocheux, il domine la capitale. Avec un beau ciel bleu, ce château tout blanc est magnifique et en impose. On attaque la grimpette sous un soleil de plomb pour arriver sur son parvis. La vue sur les toits de Bratislava est superbe. On redescend par des petites ruelles qui nous amènent dans le vieux centre. Nous découvrons un magnifique petit cœur piéton, des ruelles pavées et des maisons décorées. Ça a été une belle balade, main dans la main, à profiter du beau temps et de la capitale. On en profite pour acheter les souvenirs incontournables du pays : autocollant, shooter, magnet et boule de noël. On se prend également un trdelnik (gâteau rond tchécoslovaque) garni de fruit des bois, de glace vanille, de chocolat et de caramel. C’était tellement bon ! Nous traversons à nouveau le Danube pour rejoindre César qui nous attend au soleil. Après cette chaude première journée en Slovaquie, nous rejoignons un spot au bord d’une rivière pour passer la nuit. À notre arrivée, le spot était plein… Nous avons dû dormir sur un champ de terre instable où même César avait des difficultés à rester sur ses cales. Nous étions tellement fatigués que nous nous sommes endormis sans problème.

Ps: la Slovaquie est le 19ème pays que nous traversons avec César.

Malgré une nuit chaude et de travers, on a plutôt bien dormis. Sous un beau soleil, nous reprenons rapidement la route pour le village de Bojnice. Au milieu d’une forêt de pins, se dresse un magnifique château néo-gothique posé sur son caillou. Il avait des allures de conte de fée. On installe César sur un grand parking et nous partons à sa découverte. Nous faisons le tour des douves puis, nous remontons vers l’entrée du château et son petit village médiéval. On se balade au milieu des boutiques à touristes, des bijoutiers et des fabricants d’épée en bois. On s’arrête ensuite à la taverne pour manger un bon repas. Au menu : burger et chips pour Aimie et porc caramélisées, crêpes et salade pour moi. C’était spécial, mais bon. Y a pas à dire, ça tenait au corps ! Le ventre plein, nous quittons le château pour une petite randonnée sur les hauteurs de la ville. De là-haut, une superbe vue sur toute la vallée et le château s’offrait à nous. Il n’y avait pas un nuage dans le ciel, c’était magnifique ! Nous redescendons à l’ombre des pins retrouver notre César qui chauffe en plein soleil. Nous reprenons la route pour Lietava et son château (encore). Mais, il est trop tard pour entamer une randonnée maintenant. On trouve un petit parking à 10 min à pied, au bord d’une route peu passante. Le spot n’est pas très glamour, mais il fera l’affaire pour cette nuit.

L’inconvénient de ces spots en bordure de route, c’est que nous sommes réveillés tôt le matin, en l’occurrence, 6h30 pour moi. On prend un bon petit déjeuner et on saute dans nos tenues de randonnées pour partir à la découverte des ruines du château de Lietava. Le plus difficile dans cette rando, ça a été la première moitié. Au milieu des champs et en plein soleil, la grimpette (bien raide) nous a semblé être une éternité ! A l’ombre des pins et des sapins, la deuxième moitié a été plus cool. Du haut de la vallée, ce château en ruine offre un superbe point de vue sur les montagnes du Tétras. On a commencé la visite par la première cour où on a pu sympathiser avec… des chèvres ! Les slovaques les adorent et nous aussi ! On remonte ensuite par la seconde cour où une scène est en train de se monter en vue d’un concert. Visiter les ruines d’un château médiéval avec du Lionel Richie, ça n’a pas de prix… On a continué notre visite dans les restes d’un donjon qui abrite une taverne et un micro musé qui expose quelques pièces retrouvées dans les ruines. Nous avons ensuite pique-niqué à l’ombre avec une superbe vue sur les montagnes. L’aventure, ça creuse ! Nous redescendons par un autre sentier qui nous a fait crapahuter dans la forêt, à l’ombre des pins, dans des chemins très escarpés. Nous récupérons César et longeons la rivière Valh avant d’arriver dans la ville de Strečno. Ici aussi, il y a des magnifiques ruines de château mais elles sont payantes… On les a observées depuis les berges de la rivière avant de prendre un petit chemin vers un lac caché, l’Asfaltové Jazero. Pas si caché que ça en fait, tous les petits coins pour se baigner sont pris par les locaux. Et autour de ce lac, on aura tout vu… Un groupe de jeunes un peu ivre avec de la musique forte, une petite famille qui vient se rafraîchir, deux vieux qui viennent se dérouiller à la nage, un vieux chamane nu qui faisait cadrans solaire avec son engin et deux pauvres loups qui ne savaient pas où ils étaient tombés. On installe nos serviettes et on se pose dans l’eau pour se rafraîchir. Ça fait du bien ! On profite de ce petit moment détente avant de reprendre la route pour notre prochaine étape. Après 1h à rouler dans les forêts du Tétras, nous arrivons dans la ville d’Oravský Podzámok. Nous trouvons un petit parking caché dans la forêt où nous décidons de passer la nuit.

Cette nuit, nous avons plus ou moins bien dormi à cause de la route passante très proche de notre spot. Aujourd’hui, nous partons à la découverte d’un ? Allez devinez ? Un château encore ! Celui-là n’est pas du tout en ruine. Il est absolument impressionnant sur son rocher ! Il épouse totalement son ponton au point que pas un arbre ne pourrait pousser à côté. La visite étant payante et chère, nous nous rendons seulement sur le parvis. Nous décidons de parcourir les alentours pour avoir une vue globale du château. Nous allons sur les bords de la rivière Orava. De là-bas, le panorama est absolument superbe ! On profite pour faire pleins de photos autour d’un cœur en acier posé là pour embellir le point de vue. Nous remontons ensuite jusqu’au pied du château pour un arrêt bière dans une brasserie locale. Les serveuses ne parlent pas du tout anglais mais nous arrivons quand même à commander deux bières avant d’aller nous installer en terrasse. Après avoir bien papoté un verre à la main, on décide de se laisser tenter par leur carte de spécialités slovaques. Nous commandons deux sortes de Bryndzové Halusky : un croisement entre les gnocchis et speatzels. Ce n’était pas mauvais ! Le ventre plein, nous retrouvons notre César pour continuer l’aventure. Le ciel est gris et d’après la météo, il va beaucoup pleuvoir demain. Nous décidons de rejoindre le plus grand lac de Slovaquie, le Liptovská Mara pour une journée repos au bord de l’eau. On sélectionne plusieurs lieux sur l’application Park 4 Night et on prend la route pour trouver le meilleur spot. Le premier était difficile d’accès mais les points de vue sur le lac étaient magnifiques ! Le problème, c’est qu’une carrière de pierre se trouvait juste à côté et que de gros camions venaient chercher du sable aux pieds de César. Pas top ! Le second était laid, le troisième au bord d’une route très passante, bref, on est en train de faire un tour complet du lac… C’est au quatrième spot que nous décidons de poser notre maison ! Celui-là est au bord de l’eau, sur un terrain presque plat, calme et reposant. Parfait ! Nous nous sommes endormis, bercés par les bruits de l’eau.

Effectivement, il a commencé à énormément pleuvoir dès 6h du matin, au point de réveiller Aimie. Mais à 9h plus rien… Quelques rayons de soleil viennent même percer les nuages. La météo a tourné ! La pluie n’est plus prévue pour aujourd’hui. C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. En effet, une journée de repos aurait été la bienvenue pour Mimie qui est un peu malade et se sent fatiguée. Nous prenons le temps de nous lever et de nous préparer. Nous décidons de profiter de la journée pour rejoindre notre prochaine étape et faire les services de César ainsi qu’une lessive. Nous arrivons dans le parc naturel de Slovensky Raj. Pour ceux qui ne parlent pas la langue d’Adrianna Karembeu, ça veut dire le paradis slovaque. Après une route bien cabossée, on s’installe sur un parking avec une superbe vue sur les montagnes, la forêt et les prairies vertes. C’est un jardin plutôt sympa pour passer une belle nuit.

Cette nuit, la pluie est encore tombée mais elle ne nous a pas dérangé. Malgré le ciel gris et menaçant, nous enfilons nos tenues de randonnées pour partir à la découverte du paradis slovaque. On commence par une bonne heure de grimpette au milieu d’immenses pins. Grâce à la pluie, ça fait ressortir une odeur de sous-bois prenante. Mais à cause d’elle, tout est devenu glissant. Nos chevilles et nos jambes en prennent un coup surtout pour Mimie qui n’arrête pas de glisser ! Nous arrivons après cette rude montée sur un magnifique point de vue. En haut d’un promontoire rocheux, la vue sur les forêts slovaques est incroyablement belle. On continue la randonnée en augmentant encore la difficulté. Le chemin devient plus étroit, plus en pente et plus glissant. J’ai cru que j’allais retrouver ma Mimie sur les fesses une bonne dizaine de fois ! Après s’être acquitté de 3€ pour l’entrée dans les gorges, nous arrivons au bord de la rivière Hornad. Les paysages sont superbes entre les falaises, les sapins et bercés par le bruit de l’eau. La route est de plus en plus étroite et difficile jusqu’à … ce qu’elle disparaisse totalement ! Et oui ! Par moment, le seul moyen d’avancer dans les gorges, c’est des grosses grilles de barbecue soudées à la roche. On n’avait jamais fait de randonnée comme celle-ci ! En France on appellerait ça une via ferrata et on serait équipé de mousquetons, baudriers et casques. Franchement, le peu de sécurité nous a choqué ! Mais apparemment, on était les seuls ! On a croisé des enfants de tous âges crapahuter au-dessus du vide. Bref, il est 15h et nos ventres ont faim. On s’arrête dans le seul refuge de la randonnée qui vend que des chips, des gâteaux et bien évidemment de la bière ! Au menu aujourd’hui, chips, tablette de chocolat Milka accompagnés d’une mousse fraiche. Un vrai repas équilibré ! On récupère ensuite un chemin à travers champ pour rejoindre César. Au final, nous avons fait une belle randonnée de 5h dans le paradis slovaque. Pour la suite, Aimie à trouvé un joli spot au bord d’un lac dans le sud du parc national. On hésite à le rejoindre ce soir ou demain matin. C’est le premier choix qui s’impose et nous avons bien fait ! Après une heure de route dans la forêt, nous arrivons sur le magnifique spot qui est déjà bien rempli. On trouve une place devant… un fourgon EDF breton ! On installe César confortablement et on profite un peu de la vue au pied du lac. On est hyper heureux d’avoir trouvé un endroit comme ça ! C’est un vrai paradis ! On voit alors un autre camping-car arriver au loin. Aimie me dit: « je crois que c’est une plaque française ». Sincèrement, la probabilité est tellement faible, que je n’y crois pas. Et pourtant oui ! Après la Bretagne, c’est Toulouse qui vient compléter ce spot. Je suis sure qu’on était plus de français ici qu’à l’ambassade ! On profite de nos voisins d’un soir pour papoter de … voyage évidemment, avant de passer la nuit face au magnifique lac de Palcmanská Maša.

Itinéraire : https://loupsaventures.files.wordpress.com/2020/08/28.jpg

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s