14 – So British!

Du 14 au 20 novembre : 10305 => 10722 Km

Malgré l’accrochage de la veille, nous nous réveillons bien décidés à profiter de Cambridge et de ses universités prestigieuses. Nous laissons César au parking et nous rejoignons le St John’s Collège. Ne trouvant pas l’entrée de l’école, nous suivons un petit chemin entre les bâtiments et nous arrivons par chance dans le centre historique de l’université. Tout est magnifique ! On a du mal à s’imaginer que c’est un lieu pour étudier. On passe devant le superbe pont des soupirs et nous rejoignons la grande porte de l’école de l’autre côté de la cour. En partant, nous nous rendons compte que la visite était à 10 livres par personne… Oups. C’est bizarre, mais on trouve que les visites sont plus agréables quand elles sont gratuites… Nous descendons ensuite vers la plus vieille école de la ville : Trinity Collège. Les bâtiments et la chapelle sont splendides, la bibliothèque un peu moins… Faut dire que celle de Trinity Collège de Dublin nous en a mis plein la vue. Nous continuons par une promenade dans le centre de Cambridge entre les boutiques et le marché. On avale un bon burger et un hot-dog et nous continuons notre balade dans la ville. Nous terminons notre journée par la visite du Fitzwilliam Museum. Les tableaux étaient sans grand intérêt pour nous, mais le hall du bâtiment valait vraiment le coup d’œil. Avant la nuit, nous quittons Cambridge pour passer la nuit à Saint-Alban.

Ce vendredi 15 novembre, nous prenons la route pour la banlieue londonienne à la recherche d’un garage qui pourrait s’occuper de notre César blessé. Après de multiples tentatives dans divers ateliers et des coups de téléphone infructueux, nous rappelons l’assistance afin qu’il puisse nous trouver un atelier en mesure de soigner notre bébé. Et bingo ! Ils en trouvent un dans le sud de Londres. Nous organisons notre week-end pour pouvoir nous présenter au garage lundi matin à la première heure. En milieu d’après-midi, nous quittons Bracknell dans la banlieue de la capitale pour une nouvelle ville universitaire : la célèbre Oxford. Nous arrivons sur un parking (qui sera également notre spot pour la nuit) à côté d’un parc inondé par la pluie. C’est rassurant ! Nous avons été accueillis par Seb et Claire, deux vanlifers sur la fin d’un tour du Royaume-Uni comme nous. Nos routes c’étaient déjà croisé à Stirling, mais nous n’avions pas eu de contact à ce moment-là. Après avoir garé César au côté de Pépé leur camping-car, nous discutons sur les capots de nos maisons roulantes en attendant que le parking soit gratuit. Le feeling passe très rapidement. 17 h, nous partons tous les quatre dans le centre-ville pour passer une bonne soirée avec eux agrémentés de bières et de sushis. Ça faisait longtemps que nous n’avions pas autant parlé français avec d’autres personnes. Ça fait du bien ! Et pour finir en beauté, nous avons été prendre un très bon génépi maison avec une visite de chez eux et nous les avons invité à boire un rhum dans César. Finalement, c’est à 1 h du matin que nous rejoignons nos maisons respective pour dormir.

Ce matin, le réveil se fait avec une vue sur le parc inondé… L’eau est montée pendant la nuit et notre César a les semelles dans l’eau. Mais rien de grave, ce n’est pas aujourd’hui qu’il va se transformer en bateau ! Nous décidons de partir avec Seb et Claire pour visiter le centre d’Oxford en groupe. Les bâtiments sont vraiment superbes. L’architecture de l’époque est encore intacte. Impressionnant ! On a visité le superbe Trinity Collège. Puis, on a un peu déambulé dans les ruelles avant de faire une visite guidée de la bodléienne library. Nous avons retrouvé ici les décors de la bibliothèque qu’on voit dans les Harry Potter. Aimie avait les yeux qui pétillaient. Même sans être fan de la saga, on ne pouvait qu’admirer la beauté des lieux. Nous sommes remontés ensuite jusqu’au Magdalen Collège en passant par l’église universitaire de Sainte-Marie-la-Vierge avant de retourner aux camping-cars pour manger. Nos programmes de l’après-midi étaient différents de ceux de nos nouveaux copains donc c’est à deux que nous sommes partis visiter le Christ Church Collège. Les bâtiments de l’école étaient superbes. Les décors et les détails, magnifiques ! Encore une fois, c’est un lieu qui nous donne envie de reprendre nos études. Et pour faire original, les escaliers ont servi de lieux de tournage d’Harry Potter et la salle de réfectoire a très fortement inspiré celle de la saga. Autant vous dire que l’appareil photo a chauffé ! On finit notre visite et nous retournons dans le centre pour notre sport habituel : le tour des boutiques à touristes. Nous trouvons deux pulls aux couleurs d’Oxford pour être assortis l’un à l’autre. Ce n’est pas mignon tout ça .! Nous rejoignons nos copains pour passer la soirée ensemble et profiter du spectacle son et lumière organisée sur les édifices de la ville. C’était une sorte de fête des lumières comme à Lyon. On a pris un bon vin chaud à un de stand et on est passé chez son voisin pour manger un bon hot-dog et des churros au chocolat avant de retourner chacun dans nos maisons. C’était encore une superbe journée et soirée.

Deuxième réveil au bord de notre parc/lac. Après un bon petit déjeuné, on rejoint Claire et Seb, nos compagnons de voyage d’Oxford, pour se dire au revoir et bonne route. C’est notre première vraie rencontre avec d’autres voyageurs depuis le début de ce périple. C’est notre première vraie rencontre avec d’autres voyageurs depuis le début de ce périple. Une chose est sure, on n’est pas prêt d’oublier cette superbe rencontre et on espère que nos chemins se recroiseront un jour. Nous nous suivons pendant quelques kilomètres avant que nos chemins se séparent et on se fait un dernier au revoir à la Française avec de grands coups de klaxon. Nous sommes arrivés avec difficultés, en début d’après-midi à Windsor, lieu où se trouve le château d’été de Sa Majesté la reine. Il nous aura fallu tourner pendant 1 heure et faire six parkings avant de pouvoir garer notre César. C’était sport, mais Aimie s’est encore une fois débrouillée comme une chef. Le prix pour visiter les appartements estivaux de la reine était très très cher. Nous profitons simplement de la magnifique vue depuis la ville. Le château est immense ! Depuis les remparts, on n’en voie pas le bout. Impressionnant ! Nous en avons profité pour nous promener dans les rues pleines du monde, de petites boutiques et de petits stands de nourritures internationales très appétissantes. Nous profitons au maximum de l’ambiance de la ville jusqu’au coucher du soleil avant de repartir. Nous prenons la route pour le sud de Londres où nous devons déposer César le lendemain matin pour les réparations. Nous arrivons tard le soir et ne trouvons pas de spot. Nous avons passé la nuit « clandestinement » sur le parking de la station de train de Hackbridge, déserte ce soir-là.

Nous sommes réveillés tôt ce matin-là. Beaucoup de gens prennent le train et à notre levé à 7 h 30 (GMT+0) le parking était déjà plein. Sachant qu’on avait payé que jusqu’à 4 h du matin, nous n’avions pas intérêt à rester ici. On s’habille rapidement et nous partons pour se rendre au garage juste à côté. On gare notre César sur le parking entre voitures détruites, gros fourgons de location et camions, avant d’aller voir le carrossier. Il était au courant de notre venue, mais ne savait pas ce qu’il y avait à faire. Il a regardé notre pare-chocs brisé et nous a dits qu’il pouvait le réparer avant vendredi sans problème. Suite à cela, nous devions simplement attendre le passage de l’expert. Il a regardé notre pare-chocs brisé et nous a dits qu’il pouvait le réparer avant vendredi sans problème. Pour patienter, Aimie en a profité pour faire une excellente calzone maison. Ça fait du bien au ventre et à la tête. Miam-miam ! Les heures défilent et nous n’avons aucune nouvelle de l’assistance et de l’assurance. L’expert n’est également pas encore passé. Nous rappelons l’assistance qui nous dit qu’ici les experts restent au chaud dans les bureaux et que ce sont les photos du garagiste qui servent d’expertise. Ah, bah, on peut toujours attendre ! Nous les informons alors que le garage ferme a 17 h et que nous pouvons ni dormir sur place ni conduire dans Londres. En effet, une zone périphérique de la ville empêche les véhicules diesel de circuler sans payer des charges très importantes. L’assistance nous demande alors de trouver un taxi et un hôtel pour la nuit qui nous sera remboursée par la suite. Le temps de préparer nos bagages, le garagiste nous informe qu’il a été contacté par l’assurance et que César peut rouler et que, par conséquent, les réparations seront faites en France. Dans une incompréhension totale, nous rappelons l’assistance pour comprendre la situation. Elle nous explique qu’aucune décision n’a été prise dans ce sens, que ce n’est que l’expert anglais qui préconise ça et que demain les experts français prendront connaissance du dossier. Nous partons donc pour un petit hôtel dans le quartier de Westminster. Une fois arrivés, nous nous dépêchons de prendre une bonne douche (mon Dieu que ça fait du bien !) avant de partir dans Londres pour profiter un maximum de notre soirée dans la capitale. C’est peut-être le seul moment que nous passerons ici. Nous partons tout d’abord admirer de nuit, l’immense et magnifique palais de Buckingham. Ça fait rêver d’imaginer la famille royale vivre ici. Nous traversons ensuite Green Park pour rejoindre Piccadilly Circus. Nos yeux s’émerveillent devant ces immenses écrans publicitaires. Ce célèbre carrefour est vraiment dingue ! Malgré la nuit et le froid, les rues sont bondées. Les yeux pleins d’étoiles, nous continuons notre balade sur Régent Street. Les boutiques sont déjà habillées de leurs plus belles décorations de Noël. Les vitrines brillent, scintillent, clignotent, c’est magique ! Mais la faim se fait sentir. Nous avions le choix entre trois fast-foods autour de nous et nous choisissons finalement Five Guys à 100 mètres de là. En arrivant dans la rue, nous voyons des barrières sur la route et des policiers dans tous les coins. Il y avait beaucoup de monde, téléphone à la main, qui attendait patiemment devant le London Palladium Theater. On s’est rapidement dit qu’il y avait quelqu’un de célèbre qui allait sortir et que, par chance, se serait quelqu’un qu’on connaît. On se mêle à la foule et attendons avec patience. 20 minutes plus tard, les flashs des photographes se mettant à pétiller et là, stupéfaction, c’est William et Kate, duc et duchesse de Cambridge et petit enfant de la reine Élisabeth II qui sortent. Woaw ! C’est totalement dingue de voir des membres de la famille royale ici. Sur ce coup, on a vraiment eu de la chance de se trouver au bon endroit, au bon moment. C’était fou comme moment ! On n’a pas arrêté d’en parler jusqu’à notre retour à l’hôtel. Décidément cette longue journée aura été pleine de surprises. Qui sait ce qui nous attend demain.

Malgré un matelas plus confortable, les bruits de la rue ne nous ont pas permis de passer une bonne nuit. Nous prenons un petit déjeuner, nous laissons nos bagages à l’hôtel et partons rapidement pour Westminster. En arrivant sur le parvis de l’abbaye, nous recevons un appel de l’assistance qui nous informe que les réparations seront prises en charge à Londres. Cependant, à cause d’un problème informatique, ce n’était que du verbal, que les mails de confirmations ne peuvent pas encore être envoyés et que, par conséquent, le garagiste n’était pas encore mis au courant. On devait donc attendre pour savoir le nombre de jours dont il aurait besoin pour les réparations et réserver un hôtel en conséquence. Heureux de cette réponse, nous partons à la découverte du palais de Westminster au bord de la Tamise, de Big Ben (malheureusement sous les échafaudages jusqu’à 2020) et nous visitons l’abbaye royale de Westminster. La cathédrale est tout simplement magnifique. L’une des plus belles que nous avons vue depuis le début de l’aventure et certainement la plus emblématique. Ici, beaucoup d’événements de l’histoire anglaise ont eu lieu : couronnements, mariages, baptêmes et enterrement de rois et de reines. Des murs aux plafonds en passant par les objets et les caveaux, tout était magnifique et beaucoup étaient recouverts d’or qui brillait aux lueurs des bougies. C’était splendide ! Après 1 h de balade dans l’abbaye, nous partons pour Trafalgar Square. En empruntant Whitehall Street, nous avons eu la chance d’assister à la relève de la garde montée. Ce n’est certes pas la relève de Buckingham Palace, mais elle n’en était pas moins officielle et impressionnante. Les chevaux étaient splendides et incroyablement bien dressés. Nous continuons jusqu’à arriver à la célèbre place de Trafalgar Square. C’est ici qu’on décide de rappeler l’assurance, car il est bientôt 15 h et nous n’avons toujours pas eu de leurs nouvelles… Nous les appelons et là, revirement de situation, l’assistance ne prendra pas en charge nos réparations à l’étranger ! Encore mieux, elle nous dit de rentrer en France, à Saint-Raphaël, pour le faire réparer. Et surtout qu’il faut que nous allions rapidement chercher César au garage. La panique et surtout la colère nous gagne. On passe de service en service pour comprendre la situation, mais rien à faire, les réponses est vagues, très froides et personne ne semble comprendre notre désarroi. Tout ce qui était sûr, c’est qu’il était 16 h, que nous étions à plus d’une heure en taxi du garage (qui ferme à 17 h) et que nos bagages se trouvaient encore à l’hôtel de la veille. Face à cette situation, l’assistance concède finalement à prendre en charge un taxi et une deuxième nuit d’hôtel pour que nous puissions retourner chercher César le lendemain. Après de nombreux soucis sur la route et des heures d’attente dans le froid, nous finissons par arriver à notre hôtel, loin du centre. Ce soir, nous ne sommes pas sortis. Nous avons encore passé notre temps au téléphone avec l’assistance qui faisait preuve maintenant de mauvaises de fois et qui commençait même à nous retourner la faute sur nous. Incroyable ! La seule bonne nouvelle, c’est qu’il y avait une baignoire et qu’on a pu prendre un bon bain. Mais, même ça, n’a pas permis de nous détendre.

La nuit fut courte… Nous nous levons stressés de la suite des événements qui doivent arriver. Même le beau et grand buffet de l’hôtel n’arrive pas à nous remonter le moral. On ne comprend toujours pas pourquoi ce refus de faire réparer César. La colère est toujours bien présente. Malgré tout, nous rejoignons César qui n’a pas bougé depuis lundi matin. Il faisait 3°c et quelques canalisations ont gelé… Rien de grave, un coup de chauffage et c’est repartis. À cause de cette réglementation sur les véhicules polluants, nous n’avions pas le droit de rouler jusqu’à 18 h. Le garagiste a donc accepté que nous restions jusqu’à 17 h (heure de fermeture) sur leur parking. La journée est passée rapidement. Après quelques coups de téléphone à la famille pour essayer d’expliquer la situation et qu’ils nous conseillent, nous quittons le parking du garage à 17 h après des heures d’attente. On se gare sur le côté en attendant 18 h la libération. Enfin arriver l’heure, nous partons, pas mécontents de quitter Londres après toutes ces galères et nous allons faire le plein d’eau et de GPL. Nous rejoignons notre spot de la nuit dans une forêt calme près de Harwoods. En conclusion, c’était une semaine assez noire pour notre voyage, mais qui n’enlève en rien notre envie de continuer.